#Playlist 4 – En Boucle

Une playlist pour écouter en boucle et savoir qui aura ton amour? Une éternelle question que l’on se pose dans les rues de Twin Peaks, San Francisco, jusqu’en Amérique latine. Moi je l’ai. Et pour vous, ne vous inquiétez pas, tout n’est pas perdu. Enjoy
(Reggae)

Un immense artiste jamaïcain qui a fait partie de la mouvance reggae des années 70. Il a été influencé par la black music des années 60 et par des artistes tel qu’ Otis Redding, ou les Temptations. Il effectué pas mal de reprises de Bob Marley ou d’autres chansons soul de Marvin Gaye par exemple. Sa reprise de la fabuleuse chanson Ain’t No Sunshine  de Bill Withers est également un chef d’oeuvre. Pour revenir à ce morceau reggae avec des accents de soul qui est d’une puissance difficile à définir, la performance vocale de ce chanteur me bluffe à chaque fois que je l’écoute. C’est l’histoire d’un homme qui s’aperçoit que sa femme ne l’aime plus, elle parle dans son sommeil, n’est plus bien dans ses bras.
Il lui demande alors qui aura son amour lorsqu’il sera parti. J’aime bien cette manière de chanter une déception amoureuse, il essaie d’abattre sa dernière carte pour la récupérer mais on en connait déjà l’issue. Pour une chanson triste, elle dégage de la force, grâce au traitement reggae de ce titre, et c’est cette énergie qui me plaît.

cliquer sur la vignette pour écouter la chanson dans un nouvel onglet
(R&B)
Si vous cherchez la relève pour remplacer Amy Winehouse, on pourrait commencer par regarder du côté du label TRU-THOUGHTS  qui produit des artistes tel qu’Alice Russel ou encore Harleighblu. La jeune femme connait depuis quelques années un certain succès et collabore pas mal avec des français (elle a notamment chanté avec Hocus Pocus, dont je parlerai sûrement un de ces jours). Ce titre, issu de son dernier album, est très bon, la basse est lourde et fait penser à une production Hip-Hop, la batterie claque juste comme il faut, je ne saurais pas trop dans quel style ranger ce titre, la catégorie R&B est assez large pour l’accueillir, mais toujours est-il que c’est de la bonne musique. Une voix soul envoûtante qui nous porte durant 4min30, on se verrait bien en train de siroter un apéro au soleil en terrasse avec ce son, maintenant que l’été est déjà loin…
cliquer sur la vignette pour écouter la chanson dans un nouvel onglet
(Música urbana)
Venant directement de Puerto Rico, Calle 13 se démarque de tous les artistes de reggaeton qui viennent également de cette petite île récemment rattachée aux Etats-Unis (?!!?). Ils se démarquent tellement, que même si leur premier tube était clairement un titre reggaeton (Atrevete), ils qualifient leur musique de : musique urbaine et bénéficient de beaucoup d’influences telle que le hip-hop, la cumbia et toute la musique latine en général. Ce groupe a été créé par 2 demi-frères : Residente et Visitante, leur deux pseudosse réfèrent aux titres qu’ils devaient donner, enfant, quand Eduardo, le multi-instrumentiste, allait rendre visite à son demi-frère, René le chanteur, et quand pour entrer dans les grandes résidences privées sécurisées, il fallait préciser si l’on était résident ou visiteur. Leur texte sont généralement drôles et très bien écrits et sur scène ils proposent toujours un grand spectacle en étant notamment entourés de nombreux musiciens.
Cette chanson a quelque chose de très particulier, Residente énumère toute une suite de phrases relatives à la culture, la société ou l’histoire de l’Amérique latine et la fierté de ces habitants conscients de cette histoire, de leurs faiblesses mais surtout de leur force et ce, malgré les différents pays qui la composent et les divergences politiques qui peuvent exister. C’est un vrai hymne en l’honneur des latino américains et tous ceux que je connais approuvent cette chanson et se reconnaissent dans cette union qui va au delà des frontières. Une fois n’est pas coutume, vous pouvez regarder la vidéo, en général, je ne fais pas attention au clip, je mets les liens uniquement pour l’écoute, mais là le clip est très beau et en plus on peut activer les sous-titres en français. Cette chanson donne des frissons, le refrain est très beau, d’abord en espagnol puis chanté en portugais après le deuxième couplet pour le clin d’œil au Brésil.
Oye
Que viva la América!!
cliquer sur la vignette pour écouter la chanson dans un nouvel onglet
(Funk)
My name is est une chanson qui a marqué le Hip-Hop, un tournant, l’arrivée d’Eminem dans le rap game, qui a bousculé tous les clichés hérités de quelques années de gansta rap et a aussi permis de popularisé ce style musical en y apportant fraîcheur et insolence. Mais ce succès du rappeur de Detroit n’aurait peut être jamais été si grand, si Labi Siffre, artiste anglais, n’avait jamais chanté la chanson que je vous présente ici. Cette chanson soul/funk est composée de deux parties : la première partie fait penser à une agréable plongée dans les États-Unis des années 70 un peu comme dans le film Jackie Brown (la bande originale est de très grande qualité). La deuxième partie arrive après un break musical à 2″09, et c’est là qu’on voit très bien où Dr Dre est allé pêcher le sample pour produire la chanson d’Eminem!  La chanson se termine avec cette voix de crooner lover accompagnée de ce gimmick qui tourne en boucle, une super chanson que j’ai découvert il y a peu et qui vaut vraiment le détour.
cliquer sur la vignette pour écouter la chanson dans un nouvel onglet
(Pop Rock)
Pour finir en douceur, une  très belle chanson de Coldplay issue de leur premier album (le meilleur? oui sûrement, ça se discute). Chanson typique du groupe, ballade douce, nostalgique, chanson d’automne pour moi, mais tellement belle, avec la voix de Chris Martin toujours si haut perchée et son piano en simple intro alors qu’arrivent ensuite les guitares si caractéristiques de ce groupe.
Cet album est une vraie réussite, il a rapidement permis au groupe de s’asseoir sur un succès international et devenir un des plus grands groupes de pop /rock actuel. C’est sûr que tout le monde n’aime pas forcément, ils sont critiquables, mais cet album reste un chef d’œuvre quoi qu’on en dise. Enfin cette chanson a la particularité de comporter une « hidden track », un procédé très souvent utilisé dans les albums où la dernière chanson n’est pas mentionnée sur la pochette et arrive comme une piste supplémentaire (cachée) ou bien, dans cet exemple, qui démarre après un silence plus ou moins long (qui dure ici 18 secondes) une fois la dernière chanson terminée. C’est une sorte de « cadeau » à l’auditeur, content de découvrir un titre ou un morceau de chanson qui n’était pas prévu. Dans cette mini hidden track on découvre une petite ritournelle voix/guitare au début, puis une mélodie très jolie composée de plusieurs instruments à cordes et à vent, sur lesquels le chanteur pose sa voix. Chris Martin conclut d’une voix un peu désespérée que la vie est faite pour être vécue, nous le savons tous, mais qu’il ne veut pas la vivre seul. Quelle belle manière de finir un album… et une playlist.
coldplay-parachutes_cd
cliquer sur la vignette pour écouter la chanson dans un nouvel onglet
Et de quatre! Une playlist plus orientée love, à dans quinze jours pour du gros son!  
Parce que la bonne musique ça se partage

Fred

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s