Archives du mot-clé 2013

#Playlist 4 – En Boucle

Une playlist pour écouter en boucle et savoir qui aura ton amour? Une éternelle question que l’on se pose dans les rues de Twin Peaks, San Francisco, jusqu’en Amérique latine. Moi je l’ai. Et pour vous, ne vous inquiétez pas, tout n’est pas perdu. Enjoy
(Reggae)

Un immense artiste jamaïcain qui a fait partie de la mouvance reggae des années 70. Il a été influencé par la black music des années 60 et par des artistes tel qu’ Otis Redding, ou les Temptations. Il effectué pas mal de reprises de Bob Marley ou d’autres chansons soul de Marvin Gaye par exemple. Sa reprise de la fabuleuse chanson Ain’t No Sunshine  de Bill Withers est également un chef d’oeuvre. Pour revenir à ce morceau reggae avec des accents de soul qui est d’une puissance difficile à définir, la performance vocale de ce chanteur me bluffe à chaque fois que je l’écoute. C’est l’histoire d’un homme qui s’aperçoit que sa femme ne l’aime plus, elle parle dans son sommeil, n’est plus bien dans ses bras.
Il lui demande alors qui aura son amour lorsqu’il sera parti. J’aime bien cette manière de chanter une déception amoureuse, il essaie d’abattre sa dernière carte pour la récupérer mais on en connait déjà l’issue. Pour une chanson triste, elle dégage de la force, grâce au traitement reggae de ce titre, et c’est cette énergie qui me plaît.

cliquer sur la vignette pour écouter la chanson dans un nouvel onglet
(R&B)
Si vous cherchez la relève pour remplacer Amy Winehouse, on pourrait commencer par regarder du côté du label TRU-THOUGHTS  qui produit des artistes tel qu’Alice Russel ou encore Harleighblu. La jeune femme connait depuis quelques années un certain succès et collabore pas mal avec des français (elle a notamment chanté avec Hocus Pocus, dont je parlerai sûrement un de ces jours). Ce titre, issu de son dernier album, est très bon, la basse est lourde et fait penser à une production Hip-Hop, la batterie claque juste comme il faut, je ne saurais pas trop dans quel style ranger ce titre, la catégorie R&B est assez large pour l’accueillir, mais toujours est-il que c’est de la bonne musique. Une voix soul envoûtante qui nous porte durant 4min30, on se verrait bien en train de siroter un apéro au soleil en terrasse avec ce son, maintenant que l’été est déjà loin…
cliquer sur la vignette pour écouter la chanson dans un nouvel onglet
(Música urbana)
Venant directement de Puerto Rico, Calle 13 se démarque de tous les artistes de reggaeton qui viennent également de cette petite île récemment rattachée aux Etats-Unis (?!!?). Ils se démarquent tellement, que même si leur premier tube était clairement un titre reggaeton (Atrevete), ils qualifient leur musique de : musique urbaine et bénéficient de beaucoup d’influences telle que le hip-hop, la cumbia et toute la musique latine en général. Ce groupe a été créé par 2 demi-frères : Residente et Visitante, leur deux pseudosse réfèrent aux titres qu’ils devaient donner, enfant, quand Eduardo, le multi-instrumentiste, allait rendre visite à son demi-frère, René le chanteur, et quand pour entrer dans les grandes résidences privées sécurisées, il fallait préciser si l’on était résident ou visiteur. Leur texte sont généralement drôles et très bien écrits et sur scène ils proposent toujours un grand spectacle en étant notamment entourés de nombreux musiciens.
Cette chanson a quelque chose de très particulier, Residente énumère toute une suite de phrases relatives à la culture, la société ou l’histoire de l’Amérique latine et la fierté de ces habitants conscients de cette histoire, de leurs faiblesses mais surtout de leur force et ce, malgré les différents pays qui la composent et les divergences politiques qui peuvent exister. C’est un vrai hymne en l’honneur des latino américains et tous ceux que je connais approuvent cette chanson et se reconnaissent dans cette union qui va au delà des frontières. Une fois n’est pas coutume, vous pouvez regarder la vidéo, en général, je ne fais pas attention au clip, je mets les liens uniquement pour l’écoute, mais là le clip est très beau et en plus on peut activer les sous-titres en français. Cette chanson donne des frissons, le refrain est très beau, d’abord en espagnol puis chanté en portugais après le deuxième couplet pour le clin d’œil au Brésil.
Oye
Que viva la América!!
cliquer sur la vignette pour écouter la chanson dans un nouvel onglet
(Funk)
My name is est une chanson qui a marqué le Hip-Hop, un tournant, l’arrivée d’Eminem dans le rap game, qui a bousculé tous les clichés hérités de quelques années de gansta rap et a aussi permis de popularisé ce style musical en y apportant fraîcheur et insolence. Mais ce succès du rappeur de Detroit n’aurait peut être jamais été si grand, si Labi Siffre, artiste anglais, n’avait jamais chanté la chanson que je vous présente ici. Cette chanson soul/funk est composée de deux parties : la première partie fait penser à une agréable plongée dans les États-Unis des années 70 un peu comme dans le film Jackie Brown (la bande originale est de très grande qualité). La deuxième partie arrive après un break musical à 2″09, et c’est là qu’on voit très bien où Dr Dre est allé pêcher le sample pour produire la chanson d’Eminem!  La chanson se termine avec cette voix de crooner lover accompagnée de ce gimmick qui tourne en boucle, une super chanson que j’ai découvert il y a peu et qui vaut vraiment le détour.
cliquer sur la vignette pour écouter la chanson dans un nouvel onglet
(Pop Rock)
Pour finir en douceur, une  très belle chanson de Coldplay issue de leur premier album (le meilleur? oui sûrement, ça se discute). Chanson typique du groupe, ballade douce, nostalgique, chanson d’automne pour moi, mais tellement belle, avec la voix de Chris Martin toujours si haut perchée et son piano en simple intro alors qu’arrivent ensuite les guitares si caractéristiques de ce groupe.
Cet album est une vraie réussite, il a rapidement permis au groupe de s’asseoir sur un succès international et devenir un des plus grands groupes de pop /rock actuel. C’est sûr que tout le monde n’aime pas forcément, ils sont critiquables, mais cet album reste un chef d’œuvre quoi qu’on en dise. Enfin cette chanson a la particularité de comporter une « hidden track », un procédé très souvent utilisé dans les albums où la dernière chanson n’est pas mentionnée sur la pochette et arrive comme une piste supplémentaire (cachée) ou bien, dans cet exemple, qui démarre après un silence plus ou moins long (qui dure ici 18 secondes) une fois la dernière chanson terminée. C’est une sorte de « cadeau » à l’auditeur, content de découvrir un titre ou un morceau de chanson qui n’était pas prévu. Dans cette mini hidden track on découvre une petite ritournelle voix/guitare au début, puis une mélodie très jolie composée de plusieurs instruments à cordes et à vent, sur lesquels le chanteur pose sa voix. Chris Martin conclut d’une voix un peu désespérée que la vie est faite pour être vécue, nous le savons tous, mais qu’il ne veut pas la vivre seul. Quelle belle manière de finir un album… et une playlist.
coldplay-parachutes_cd
cliquer sur la vignette pour écouter la chanson dans un nouvel onglet
Et de quatre! Une playlist plus orientée love, à dans quinze jours pour du gros son!  
Parce que la bonne musique ça se partage

Fred

#Playlist S1 – En Boucle Spécial Reggae

Une playlist spéciale pour écouter en boucle l’évolution d’une musique qui part souvent du combat pour la déclaration des droits de l’homme, du Zimbabwe à l’Ethiopie, de la Jamaïque au Royaume Uni, cette musique reggae qui continue de véhiculer un message de paix, de tolérance et prône la solidarité et l’« indivision » des humains, pour nous rappeler à la fin qu’on a qu’une chance, qu’une vie, one love. Enjoy.

Declaration of rights – The Abyssinians – 1969 (album de 1976)

Un des groupes pionniers du reggae (apparu en Jamaïque en 1968),courant musical lié au mouvement rastafari. Ce groupe jamaïcain, encore en activité, est formé par Bernard Collins, Donal et Linford Manning. Ces 3 papys du reggae continuent à écumer les scènes du monde entier, leurs titres comme Satta Massagana et Declaration of rights sont considérés comme des standards du reggae. Ils chantent parfois en amharique (toujours parlée en Éthiopie) la langue sacrée des rastafaris. Plus qu’un courant musical, le reggae est une philosophie de vie que ces 3 hommes perpétuent depuis 45 ans.

cliquer sur la vignette pour écouter la chanson dans un nouvel onglet

Zimbabwe – Bob Marley – 1979

Certainement pas la plus connue du Dieu du reggae, mais je ne sais pas pourquoi cette chanson, pour qui aime le reggae, a quelque chose de fascinant simplement quand on l’écoute. Le refrain repris en cœur par des choristes hommes et femmes donne plus de consistance au message. Militant, Bob Marley a toujours prôner le combat pour les droits de l’homme, ses armes étaient les basses entêtantes, les claviers et guitares rythmiques et une énergie débordante. Mise à part la qualité musicale, cette chanson fait référence au combat pour l’indépendance du Zimbabwe, qui aura finalement lieue en 1980, une cérémonie à laquelle Bob Marley & The Wailers furent invités mais ne purent s’y rendre.
Tout l’album Survival est de grande qualité, considéré comme le plus abouti et le plus militant, il a été écrit après que Bob ait accomplit son rêve, aller en Éthiopie terre sainte des rastafaris… Allez, on se pose, on arrête ce qu’on est en train de faire et on écoute the master : brother you’re right, you’re right, you’re right, you’re right, you’re …..soooo right…

cliquer sur la vignette pour écouter la chanson dans un nouvel onglet

Reggae Music – UB40 – 1993

Bon là c’est un retour dans mon propre passé, je suis retombé sur un album CD de mon enfance que j’écoutais car j’en avais pas des masses et que je commençais à aimer le reggae. Au départ on est très loin de Kingston, UB40 est un groupe originaire de Birmingham en Angleterre, son chanteur blanc, Ali Campbell a une voix très particulière, un peu nasillarde mais donne une vraie signature au groupe. Pour info, UB40 est en fait le numéro du formulaire pour la demande de droit au chômage en Angleterre.  Ça m’a fait vraiment plaisir de le réécouter, c’est donc plus un choix nostalgique, avec cette chanson venue du fin fond des années 90, période plus propice aux tubes de dance music. Ce groupe a perpétué le message du reggae de part ses influences très diverses et ses prises de position sur différents thèmes de société dans l’Angleterre de Thatcher durant les années 80. La qualité musicale de ce titre très marqué 90’s est discutable mais ils tournent encore, ce qui prouve qu’ils ont toujours la reconnaissance du public et qu’ils ont à leur manière participé à l’histoire du reggae.

cliquer sur la vignette pour écouter la chanson dans un nouvel onglet

Undivided – Groundation – 2002

On continue dans l’évolution du reggae après les débuts et l’explosion dans les années 60-70, l’âge d’or et la popularisation dans les années 80, les expérimentations dans les 90, on retrouve ici, pour moi, l’un des meilleurs groupes de reggae des années 2000 jusqu’à aujourd’hui. Groundation est un groupe composé de musiciens californiens, jazzmen de formation, qui se sont connus à l’université et ont monté ce groupe. La qualité musicale et les arrangements de ce groupe sont tout simplement formidables. Tous les musiciens sont des virtuoses dans leur instrument, tout autant qu’Harrisson Stafford, le chanteur du groupe, qui utilise sa voix très particulière, comme un instrument complexe au service de la musique. Ce chanteur a quelque chose de prophétique, tant il vit la musique et la transmets à l’auditeur. Dans cette chanson, on assiste d’abord à un échange à trois entre les chanteurs (les premières voix aigues sont celles de Don Carlos et Cedric Myton du groupe the Congos) puis à une montée en puissance de Stafford, qui finit dans une sorte de trans, portée en douceur par des basses bien épaisses et le riddim chanté en boucle par les deux autres.
Ceux qui connaissent ne pourront que confirmer et ceux qui découvrent vont bientôt se convertir au rastafarisme. Jah!

cliquer sur la vignette pour écouter la chanson dans un nouvel onglet

One shot – Angela Hunte – 2013

Dans l’histoire du reggae, retracée succinctement dans cette playlist, la Jamaïque n’a jamais arrêté de produire des artistes de qualité. Toujours en renouvellement, le reggae jamaïcain garde ses fondamentaux mais se modernise par la façon de chanter, par l’apport d’influence de musique electro ou hip-hop. Des artistes comme Sean Paul ou Damian Marley (le plus jeune des fils légitimes de Bob, le nombre d’illégitimes reste encore inconnu mais ça c’est une autre partie de la légende) représentent cette génération et pour moi Angela Hunte devrait également pouvoir en faire partie. Longtemps les femmes ont été laissées pour compte dans le reggae, souvent reléguées aux rôles de choristes, dans cette musique très « masculine ». Angela nous prouve comme une voix de femmes peut également déchaîner les passions sur un morceau de reggae.

cliquer sur la vignette pour écouter la chanson dans un nouvel onglet

Première playlist spéciale, en fonction de mes écoutes je ferai de temps en temps, des articles sur un style musical particulier, un artiste voire une chanson et ses reprises.
A bientôt.

Parce que la bonne musique ça se partage
Fred

#Playlist 3 – En Boucle

Une playlist pour écouter en boucle la Jedi du Hip-Hop East Coast chantant à contre courant de toutes les théories, y compris E=MC², nous exhortant de ranger notre espoir alors que l’on veut simplement que la musique ne s’arrête pas. Enjoy.
(Hip-Hop)
Enfin du 2013 dans mes playlists!! Ce titre est issu de la mixtape « she got game » d’une rapeuse de Snow Hill en Caroline du Nord, mise à part la qualité du flow de la demoiselle (son couplet est le deuxième dans la chanson), ce qui me fait marrer mais qu’à la fois j’admire tout autant, c’est l’originalité de la production musicale. Ecoutez bien la musique, en fond sonore on entend un chant très particulier originaire des Alpes… comment en sont-ils venus à utiliser un sample de chanteur Tyrolien, quand même un des trucs, musicalement, le plus éloigné du gangsta rap et que ça sonne aussi bien!! Respect. Rien à ajouter.
rapsody_she_got_game

cliquer sur la vignette pour écouter la chanson dans un nouvel onglet
(Electro rock)
Atoms for peace est un supergroupe, à savoir, un projet plus ou mois éphémère où des musiciens se regroupent pour faire un album, une tournée ou tout autre projet sans pour autant arrêter totalement leurs activités avec leur groupe d’origine.Dans ce groupe on retrouve donc Thom Yorke au chant (chanteur génialissime de Radiohead), Flea à la basse et au melodica (Ex-Bassiste bondissant des Red Hot Chili Peppers), Nigel Godrich à la guitare et au clavier (le producteur de Radiohead), Joey Waronker à la batterie (qui a joué avec des artistes tels que R.E.M., Beck ou Smashing Pumpkins et enfin de Mauro Refosco aux percussions (qui accompagne actuellement les Red Hot Chili Peppers en tournée). On découvre bien l’influence de Radiohead sur cette chanson electro rock avec la voix si particulière de Thom Yorke, la rythmique est intéressante, c’est assez sombre mais j’aime bien ce qui se dégage dans ce titre qu’on dirait  boosté  à l’infrabasse. Le reste de l’album est dans la même veine  (écouter également Blurred), musique de nuit, d’ambiance de fin du monde pas vraiment pour fêter un anniversaire.
thom-yorke-atoms-for-peace-cover1
cliquer sur la vignette pour écouter la chanson dans un nouvel onglet

E=MC² – Giorgio moroder – 1979

(Electro Disco)

Quelques temps avant la sortie du dernier album des Daft Punk, j’ai entendu parler de Giorgio Moroder pour la première fois. Considéré comme un prophète dans la musique electro, il fait une apparition/contribution sur la piste n°3. Cela m’a intrigué et j’ai découvert que cet italien de 73 ans est réellement un des pionniers de l’utilisation de synthétiseurs dans la musique en général et qu’on peu le qualifier de pape de l’electro disco. Il est à l’origine de nombreux tubes comme I feel love de Donna Summer ou la BO du film Midnight express. La chanson ici est rigolote car à partir de 3’00 ce sont en fait les crédits de l’album du même nom qui sont énumérés avec cette voix de robot. Cet effet est obtenu par l’utilisation du célèbre Vocoder, l’appareil qui fabrique un son synthétique de voix humaine  en analysant les principales composantes de la voix et en les recréant de manière électronique. Le son donne un effet robotique qui était notamment utilisé pendant la seconde guerre mondiale pour passer des messages d’outre-atlantique sans perdre d’information. Il a été énormément utilisé en musique par la suite notamment dans la funk ou l’electro. La chanson se termine avec un petit clin d’œil avec « Thank You Albert » à la toute fin du morceaux. Un peu particulier ce titre mais on s’y attache!  « energy equal MC square!! »

cliquer sur la vignette pour écouter la chanson dans un nouvel onglet
(Dub Hip-Hop)
Bon, j’ai découvert ce titre en jouant à un jeu de basket, et du coup grâce à Jay Z qui produit le jeu et qui a composée la playlist qui tourne en boucle. Santogold, qui changera son nom en 2009, visiblement pour des problèmes de paternité du pseudo, en Santigold (ce qui au final n’est pas plus mal, car elle s’appelle Santi White) est originaire de Philadelphie. On retrouve ici un titre entraînant, difficile à qualifier, entre Dub et Rap militant voire guerrier. Pas évident non plus de traduire le titre, Shove it soit en français : range le, fourre le, met toi le…(on peut décliner selon le degré de vulgarité que l’on souhaite)
Le refrain fait « We think you’re a joke shove your hope where it don’t shine » ça pourrait donner « Nous pensons que vous êtes une blague rangez votre espoir là où il ne brille pas » Je ne sais pas vraiment à qui est destiné ce message, mais attention rebelle!
Gros son, à mettre bien fort, ça envoie du lourd!
cliquer sur la vignette pour écouter la chanson dans un nouvel onglet
(Jazz)
Quand la reprise surpasse l’originale, cette chanson en est le parfait exemple. Je n’ai rien contre Rihanna, mais son tube planétaire Don’t Stop The Music, hit de club parfait pour danser, est réinventé ici, par ce jeune jazzman (34 ans), pianiste de génie, qui en fait un morceau jazzy superbement interprété grâce à sa voix éraillée si particulière et son piano dont les solos sont une pure merveille. L’album The Pursuit est également très bon, entre pop et jazz, beaucoup de piano, du vrai talent et une approche originale du jazz beaucoup moins élitiste et du coup vraiment plus accessible.
cliquer sur la vignette pour écouter la chanson dans un nouvel onglet
Troisième playlist pour rattraper le calendrier, avec 2 morceaux récents, n’hésitez pas à partager, commenter, proposer ou tout autre verbe du premier groupe.  
Parce que la bonne musique ça se partage
Fred

#Playlist 1 – En Boucle

Une playlist pour écouter en boucle ceux qui rappent pour pour vaincre leur phobie du temps qui passe, tout le monde doit apprendre à un moment donné que la vie n’est pas faite uniquement de miel et de lait, on doit également lutter contre ces pulsions derrière nos ordinateurs d’amour. Enjoy.
(Hip-Hop)
Honte sur moi, je ne découvre les talents d’Outkast que depuis peu, à part les célébrissimes Miss Jackson et Hey Ya, il y a beaucoup de pépites chez les rappers dirty south d’Atlanta. Cette chanson est vraiment particulière dans sa structure : une intro chantée façon soul, un refrain entêtant parlant de la peur du temps qui passe et un couplet rappé de fort belle manière. Un ovni pour moi, une chanson particulière et originale qui ne dure malheureusement qu’un peu plus de 2 minutes.
cliquer sur la vignette pour écouter la chanson dans un nouvel onglet

(Pop)
Une chanson magnifique, créée au départ par le groupe anglais The Korgis et sortie en 1980. Elle a été reprise un grand nombre de fois et notamment par Beck pour le BO du film Eternal Sunshine of a Spotless Mind. Même si la version originale de cette chanson est très belle également, je ne sais pas si c’est le fait de l’associer au film mais je trouve cette version complètement envoûtante et mélancolique. A écouter les jours de pluie.
eternal-sunshine-of-the-spotless-mind
cliquer sur la vignette pour écouter la chanson dans un nouvel onglet
(Reggae)
Quand la fille de Paul Cook batteur des Sex Pistols fait du reggae avec du miel et du lait, ça donne du bon son entre roots reggae et reggae love avec une voix vraiment agréable. Tout l’album vaut le détour, bonne ambiance assurée.
cliquer sur la vignette pour écouter la chanson dans un nouvel onglet
(Jazz)
Quel lien peut-il y avoir entre un jazzman pianiste français et Eminem? Une histoire de sample et de plagiat. Dans sa chanson « Kill You » Eminem emprunte le sample de la chanson du français, du coup, plainte, droit d’auteur et tribunaux.
Mais finalement ce sera arrangement à l’amiable, à base de gros dollars… j’imagine…
cliquer sur la vignette pour écouter la chanson dans un nouvel onglet
(electro)
Alors, il y a beaucoup à dire sur cette chanson, cette version est l’oeuvre d’un duo américain un peu obscur composé d’une chanteuse qui chante faux mais ça a son charme et d’un DJ. La première phrase musicale vous est peut-être familière, pour moi ça a été assez rapidement identifié : « ils ont samplé coldplay!! wow c’est pas mal »  Ecouter les premières notes de la chanson Talk de Coldplay. Bon après quelques recherches, en effet, ce sont les mêmes note mais l’originale de Computer love est en réalité de Kraftwek en 1981 , les allemands qui font partie des fondateurs de la musique electro!
C’est marrant le trajet que peuvent faire 8 notes musique, en tout cas la version de Glass Candy est vraiment sympa, attendre la deuxième partie de la chanson quand le beat grossit (sans mauvais jeux de mots) c’est bien sympa.
cliquer sur la vignette pour écouter la chanson dans un nouvel onglet
Cette première playlist date de début septembre, je ne la poste que maintenant, car l’idée de ce blog est très récente, la deuxième de septembre arrive dans quelques jours ensuite je garderais le rythme de 5 titres tous les 15 et 30 du mois.
Parce que la bonne musique ça se partage
Fred

#Playlist 1 – En Bucle

Una playlist para escuchar en bucle los que rappean para triumphar de sus fobia del tiempo que pasa, todo el mundo tiene que aprender a un momento que la vida no es solamente miel y leche, se debe de luchar contra esas pulsiones atras nuestras  computadoras de amor. Enjoy.
(Hip-Hop)
Que pena, estoy discubriendo a penas los talentos de Outkast, aparte de los titulos muy famosos Miss Jackson y Hey Ya, hay muy buenas canciones de esos raperos dirty south de Atlanta. Esa cancion es muy particular en su estructura : una introduction cantada de maneja soul music, un coro bonito hablando del miedo del tiempo que pasa y una copla muy bien rapeada. Un UFO para mi, una cancion especial y original que dura solamente un poco mas de 2 minutos.
Dale clic al imagen para escuchar la cancion en otra pagina
(Pop)
Una canción magnifica, producida al principio por el grupo ingles The Korgis en 1980.
Fue tomada varias veces por diferentes grupos y especialmente por Beck para la pelicula Eternal Sunshine of a Spotless Mind.
Aunque la primera versión es buena, no se si es porque me gusto la pelicula, pero esta cancion es totalmente fascinante y melancólica. Definitivamente para los días de lluvia.
eternal-sunshine-of-the-spotless-mind
Dale clic al imagen para escuchar la cancion en otra pagina
(Reggae)
Cuando la hija de Paul Cook, el baterista de los Sex Pistols, hace reggae, sale este super sonido entre roots reggae y reggae love, y con una voz realmente agradable. Todo el album vale la pena, si cierto un buen ambiante.
Dale clic al imagen para escuchar la cancion en otra pagina
(Jazz)
Que tienen en commun un jazzman pianista frances y Eminem? Una historia de sample y de plagio. En su cancion « Kill You » , Eminem roba el sample de la cancion del francés, dando como resultado una demanda por derechos de autor y un paseo al tribunal.
Pero al final, hubo un arreglo amistoso poniendo de por medio unos dólares bien gordos… me imagino…
Dale clic al imagen para escuchar la cancion en otra pagina
(electro)
Hay muchas cosas que decir de esa cancion, este titulo es la obra de un duó gringo poco oscuro, con una chica que canta mal pero que se hoye bonito y un DJ. Las primeras notas tal vez las reconocieron, para mi fue rápido : « esos acordes son de Coldplay! Que padre!! » Pueden escuchar las primeras notas de la cancion talk de Coldplay.  Despues de una investigación, son las mismas notas pero Coldplay las tomo en realidad de la cancion original computer love de Kraftwek en 1981, unos alemanes que son parte de aquellos que inventaron la musica electronica europea.
Es muy chistoso ver el viaje que hacen 8 notas de musica, al fin la version de Glas Candy es muy buena, la segunda parte de la cancion es mejor por el beat que se agrega.
Dale clic al imagen para escuchar la cancion en otra pagina
Esa primera playlist es del inicio de septiembre, pero la mando solamente ahora, porque la idea de este blog es muy recien, la segunda de septiembre va venir muy pronto y despues me voy a publicar 5 titulos cada 15 y 30 del mes.
Porque la buena musica se comparte
Fred